La première étape de notre périple sera Tilcara, un village situé à 2500m d’altitude dans la province de Jujuy (prononcer « Rourouille »). On passe tout d’abord par la route 9 qui traverse d’épaisses forêts luxuriantes pour arriver dans la Quebrada de Humahuaca, profond canyon de 155 kilomètres classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO où se trouvent des paysages absolument hallucinants et des jolis villages aux vestiges précolombiens et coloniaux. Au premier jour du Carnaval, toute la province de Jujuy semble s’être donnée rendez-vous à Tilcara pour déterrer le diable. Les routes sont saturées, l’ambiance s’annonce chaleureuse.

Dans la région du Nord-Ouest Argentin, la tradition veut que le Carnaval débute par la sortie de terre du diable, synonyme de danses, de joie, d’alcool, de musiques et de processions diverses… agrémentées de farine, de peinture, de neige en bombe qu’on se lance dessus pendant une semaine ! Fin des festivités, on enterre le diable jusqu’à l’année prochaine.

Pour notre première immersion, on est gâtés ! Le village est surpeuplés de fêtards de tout âge, tous enfarinés et les visages recouverts de peinture. Ils avancent au rythme des différentes processions qui sillonnent le village et des musiques entraînantes des trompettes et tambours. Après avoir trouvé un lieu où ranger la frenchiejeep (qui sera d’ailleurs ce soir notre chambre), nous prenons nos vêtements les plus pourris et partons fêter la venue du diable ! La soirée sera très festive, la nuit sera dure.cdc

Le lendemain, nous décollons dans la matinée direction Humahuaca (la ville) pour s’approvisionner en essence et en bouffe. Nous nous rendons ensuite à Hornocal, la palette du peintre, montagne aux 21 couleurs située à 4300m d’altitude… Ca commence à faire mal ! Le moindre effort semble être un courseton, heureusement que Guillaume a de la coca pour nous filer la pêche. Et la récompense est là, toutes ces couleurs, c’est trop beau !salta.carnetdecuriosites (7)salta.carnetdecuriosites (5)

salta.carnetdecuriosites (6)IMG_3130Nous nous dirigeons par la suite vers Iruya à 90 kilomètres de là afin de participer à la célébration du Carnaval dans ce village de 1000 âmes aux allures de bout du monde. Suspendu à la montagne et isolé par des rios (cours d’eau), Iruya marque la fin de la route (ou ce qui s’y apparente). On traverse des rios, on met des heures à parcourir ces kilomètres puis, à la vision du village et de ses habitants, on a le sentiment d’avoir passé une frontière et d’être en Bolivie. salta.carnetdecuriosites (9)salta.carnetdecuriosites (10)salta.carnetdecuriosites (11)salta.carnetdecuriosites (20)Les visages changent, les traditions semblent prégnantes, les gens sont plus réservés et échangent plus difficilement avec nous. On se retrouve en plein après-midi au cœur d’une communauté venue des villages voisins en chevaux pour se retrouver et fêter ensemble (et sans modération) le début du Carnaval. Les chants et les danses sont sans fin, les habitants semblent implorer une divinité.  On se sent privilégiés d’être là et même un peu intimidés. Nous profitons de l’instant, c’est vraiment magique. Pour la suite des festivités, un habitant du village invite tout le monde chez lui à partir de 20h pour manger et danser jusqu’au bout de la nuit… Vu l’état d’ébriété de beaucoup d’argentins à 5h de l’aprèm, pas sûr qu’il ait eu grand monde ! Pour notre part, on se fera une bière en terrasse et un resto dans le village, on est épuisés par la nuit dernière !IMG_3152IMG_3158IMG_3167IMG_3168

IMG_3174Suite à un orage particulièrement violent au cours de la nuit, nous entreprenons de rebrousser le chemin le lendemain matin afin de nous rendre à Abra Pampa. Les cours d’eau sont saturés et il faut attendre le passage de la « maquina » (un tracteur) pour que le village ne soit plus coupé du monde. Un autre rio est également en crue, mais pas de maquina à l’horizon. Après pas mal d’hésitation et sous les encouragements des argentins on se lance… Heureusement qu’on a un 4×4 car il y a de l’eau jusqu’en haut des roues !IMG_3194

C’est parti direction Abra Pampa où, là aussi, la fête bat son plein ! La bourgade n’a pas forcément d’intérêt mais sa proximité (50 kms) avec la Laguna Pozuelos la rend intéressante et on trouve des empanadas à 30 pesos les 12 ! La Laguna de Pozuelo est un grand lac accessible par un chemin boueux (dans lequel on ne manquera pas d’embourber le 4×4) où séjournent en toute tranquillité vigognes (cousins du lama), lamas, flamants roses, dans un décor d’infini aux multiples couleurs, c’est vraiment chouette ! salta.carnetdecuriosites (24)salta.carnetdecuriosites (29)salta.carnetdecuriosites (33)salta.carnetdecuriosites (34)salta.carnetdecuriosites (31)salta.carnetdecuriosites (36)La soirée est plus calme, Morgan est fiévreux et on commence à ressentir la fatigue du carnaval mais allons tout de même déguster nos empanadas (pollo / carne, un classique !) accompagnés de notre première pastel (une sorte de bugne au fromage) et d’un api. L’api, c’est une boisson bolivienne de couleur cassis, très épaisse, préparée avec du maïs violet, de la cannelle, des clous de girofle… C’est l’accompagnement obligatoire de la pastel, probablement imposée par le patron pour tenter de dessoûler les troupes !

Le lendemain, direction la route de la Puna, réputée 3* sur le routard. Après plus de 45 minutes de route et un réservoir qui commençait à crier famine, on s’aperçoit qu’un pont s’est écroulé, la route est inaccessible… Tant pis, ce sera pour une prochaine fois ! On rebrousse le chemin pour regagner les Salinas Grande par une autre route avec un col à 4200m d’altitude. Et là, c’est juste irréel.salta.carnetdecuriosites (41)IMG_3281

IMG_3283IMG_3331salta.carnetdecuriosites (47)salta.carnetdecuriosites (49)IMG_3414Après un apéro sur un désert de sel et un coucher du soleil canon mais vraiment frais, on s’en est allés à Pumamarca passer notre dernière nuit (et quelle nuit !) dans la Quebrada de Humahuaca qui nous aura laissé sans voix. Ses déserts, ses lagunes, ses montagnes aux multiples couleurs et ses habitants vraiment charmants nous ont enchantés. Cette région est MAGIQUE !

Demain, nous partons en direction des Vallées Calchiques, au sud de Salta, pour continuer encore quelques jours notre boucle du nord-ouest Argentin.